LANGAGE de COMMANDE ROUTIER

 

pour

 

CONTROLE d'ACCES

 

 

NOTE d'APPLICATION pour NF-P-99-340

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CAccès: Topologie et LCR                                                     Version 1 R6
INTRODUCTION

 

 

Le Site de contrôle d'accès et les capteurs à boucle associés :

 

 

Le couloir désigné par [c.]1 mesure tout le trafic après le feu.

Le couloir désigné par [c.]V mesure seulement le trafic franchissant le feu au Rouge.

Ces 2 couloirs sont générés par un même capteur-détecteur.

 

 

 

La signalisation:

 

 

 


 

Liste des commandes

 

Liste des commandes NF-P-99-340 préconisées pour fonctionnement  en goutte à goutte:

 

Ap                  Affichages: Transfert  mesures ou états en format détaillé explicite "A"

                       (pour lecture et mise au point des boucles et des mesures)    

ACT               Activation  de circuits de communication; suivi du Status temps réel

BK                  Break: Interruption des actions et de la réponse

C                    Pilotage de lanterne de feu (sous réserve de création)

CF*                Configurations globales de toutes les commandes de type CF..        

CFAL             Configurations des algorithmes permettant de déclencher des actions

CFF               Configuration des tailles des fichiers

CFID              Configurer identifiants et mots de passe - sécurité        

CFMP            Description fonctionnelle des séquences de fonctionnement

CFPP            Configuration paramètres positionnements (SPC: Surveillance PC)

CFPU            Configuration des périodicités à disposition de l'utilisateur

DT                  lecture ou réglage de mise à l'heure et au jour

FIN                 fin de session ouverte par ID, deconnexion du circuit établi, logoff

ID                   Identification de sécurité par mot de passe, début de session

INIT                 réInitialisation générale des matériels et logiciels du site

P                    Positionnement des modules variables

SET               Configuration logique d'un port de communication

SETU             Conf physique des UARTS, du média utilisé, des temporisations

ST                  paramètres permanents et indicateurs de dysfonctionnement

ST AL            Description des actions déclenchées par les conditions CFAL

ST LCOM      Liste des Commandes  et paramètres utilisables

ST LCPI        Liste des caractéristiques du PI

TRACE          Trace des fichiers internes d'analyse et de fonctionnement

TST                Tests pour mise au point, et commandes privatives

VT                  [Visualisation Trans. de tous caractères transitant sur autre port]

"vide"             Interruption d'une réponse en cours

 

Pour la gestion par le PC de mesures de trafic et leur transmission :

CFC               Configuration de création de mesures

CFV               Configuration en canaux de mesure

VA                  Valeurs actuelles des mesures agrégées en cours d’élaboration

B                    Bilans: Transfert  mesures ou états en format  "B"

M                    Mesures: Transfert  mesures ou états en format  "M"

 

(en souligné: commandes nouvelles ou étendues)

 


 

Les fonctions principales

 

Messages de contrôle/commande[1] du contrôleur

 

forçage du mode de fonctionnement courant

z.1

PA     

lecture du mode de fonctionnement courant

z.1

PE , PS         

            pilotage centralisé/distant

z.1

P…                 PF/Ø

            pilotage décentralisé/local

            forçage d'un numéro de plans de feux

            Contrôle d'accès = PF/1

z.1

P…                 PF/n

(bibliothèque numéro n)

P…                 PF/1

            période d'activation de la régulation PF/1

                        calendrier/trafic/autre

 

P…                 DV

 

Principes du pilotage:

 

Le contrôleur est piloté à travers un module interne "plan de feux"  d'adresse z.1.

 

Le Plan de feux n°1 est la position "contrôle d'accès local".

Le Plan de feux n°0 est  la position "contrôle distant".

 

Le module "plan de feux"  génère en interne des commandes et macros destinées au module de séquencement z.2.

 

Le module de séquencement déroule des séquences macro préétablies et génère directement les commandes convenable de positionnement  destinées aux lignes de feux et aux panneaux.

 


 

Messages de télésurveillance courante

 

Présence défaut

z.z

Status temps réel     @

(en réponse à P, ACT, ou M)

Rapatriement détaillé des défauts en cours

 

ST

Rapatriement détaillé d'un type de défauts

 

ST par

Rapatriement du journal des défauts du contrôleur.

 

TRACE

lecture direct e des Panneaux

lecture directe des Feux

P.y

F.y

PE , PS         

PE , PS

identification de la séquence en cours

 

PM

 

 

Messages de configurations préalables

 

Configuration des séquences macros de fonctionnement:

(PF1-REGUL-VIDAGE-EXTSECU- EXTNORM)

PFØ

 

CFMP [macro]

 

pour la régul d'accés

pour la Cde à distance

Règlages des algorithmes et stratégies de régulation

 

CFAG

Périodicités des mesurages et agrégations

 

CFPU

Programmation du calendrier des commutations de plans de feu

 

CFCMT

 

Messages liés aux mesures de trafic

 

configuration couloirs de mesure

 

CFC

config d'agrégation couloir --> canal

 

CFV

Lecture des mesures par véhicule

 

AI, MI

Lecture des mesures agrégées

 

Ap, Mp           avec p=v,m,B,H,J

 

 

Messages pour mise au point/ debug

 

forçage/lecture des séquences de fonctionnement

 

PM [macro]

 

 

 

 


Positionnement du mode de fonctionnement courant du contrôleur

 

Mise en service:

 

Le PC positionne par LCR le module interne de pilotage z.1 sur l'un des modes de fonctionnement possibles.

 

Q::=PA,AM=am,AF=p[/p][,DV=p]

 

cf. Document de normalisation NFP99340 (pour la commande P)

 

caractéristiques communes:

 

AM[2]:    Indication du module de contrôleur qui doit être piloté.

am :    adresse du module interne de pilotage, ici: z.1 (alias symbolique = PIL)

 

AF:      actions à effectuer

p          caractéristiques du mode de fonctionnement:

 

                                   ou valeur

   symbole:                   numérique:

pilotage centralisé/distant

p = ET                        Ø                     : ETeint (forcage immédiat)

p = JC                        1                     : Jaune Clignotant (forcage immédiat)

p = ST                        2                     : STabilisé (reprise en main distante,

                                                            ( dans la position actuelle)

pilotage décentralisé/local:

p = PF/n                     5/n                  : Plan de Feu numéro n

                                                                        n: numéro du plan de feux (de Ø à 9)

                                                                       Ø = repli ordonné sur  "en veille"

                                                                       1 = régulé par l'algo de C. d'accès en cours

                                                                       2 = plan de feu n° 2

                                                                                  (par défaut, n=1)

                                                                       n = plan de feu n° n

L'appel du plan de feu PF/1 conduit au lancement local de la macro PF1 , si elle existe:

            PM PF1


caractéristiques particulières:

 

DV:     Demande de validité

p:         validité d'asservissement avant le retour à un mode de repli (à décider):

                                                                       C = Début/Fin sur Calendrier seul

                                                                       T = Début/Fin Sur mesure de trafic spécifiée

                                                                       A = Début/Fin sur Calendrier et  trafic

                                                                       hhh:mm:ss = durée à partir de maintenant

                                                                       Ø = durée illimitée               

                                                                       N = Non = Arrêt

 

Le calendrier comporte des taquets. A chaque taquet est associé une commutation vers un plan de feu, ici PF/Ø ou PF/1. On définit ainsi des plages où la régulation PF/1 est active . La programmation préalable de ces plages de temps se fait par la commande CFCMT.

 

Exemples:

 

en mode numérique:

Q:        PA , AM=z.1, AF=5/1, DV=C                    

R:        !

(le module de pilotage d'adresse AM=z.1 est positionné  en mode "plan de feu local", de valeur 5, et en mode contrôle d'accés, de valeur 1. L'exécution de cette commande est soumise à un asservissement local de durée de validité DV sous controle d'un calendrier DV=C)

 

Même exemple exprimé en mode symbolique:

Q:        PA , PIL , PF/1, DV=C

R:        !

Lecture du mode de fonctionnement - commande PS

 

Q::=PS

(alternative: Q::=PE pour une expression des arguments explimés en mode topologique et numérique)

La réponse est de type :

 

R::=ligne[<LF><CR>ligne]...@

ligne::=AM=am,AF=p[/p][,DV=dvp/dvr]

 

cf. Document de normalisation NFP99340

 

AM:     Indication du contrôleur qui doit être piloté.

am :    adresse symbolique (si elle existe) du/des module du contrôleur

            sinon, adresse topologique.

 

AF:      actions à effectuer

p:         caractéristiques du mode de fonctionnement

 

p = ET                        : mode de fonctionnement Eteint

p = JC                        : mode de fonctionnement Jaune Clignotant

p = ST                        : mode de fonctionnement STabilisé (reprise en main distante,

p = PF/num/nb          : mode de fonctionnement en régulation forcée

                                     nb  : Nombre de plans de feux en bibliothèque

 

DV:      validité

dvp      :           validité prescrite lors de la dernière ecriture (en secondes, ou Macro).

dvr       :           durée restante avant la fin de la validité.

 

Exemple:

 

Cas d'un contrôleur d'accès en mode autonome

Q:        PE AM=z.1

R:        AM=z.1 AF=5/1 DV=C/2564

 

Q:        PS AM=PIL

R:        AM=PIL AF=PF/1 DV=C/2564

 

Conformément à la norme, le paramètre DV ne figure pas dans la réponse lorsque la durée est infinie.


 

Lecture directe de la position des lignes de feu

 

Q::=PE , AM=F.y

 

Réponse:

 

R::=AM=F.y AF=af  CY=cy OF=of JC=jc

par = paramètres spécifiques et particuliers:

 

            af                    = position de la ligne de feu: 0,1,2,3,

                                               (éteint, rouge, vert , jaune)

            CY                  = Cycle (durée)

                                     la derniere valeur entrée s'applique à toutes les lignes

            OF                  = offset de décalage de début

            JC                   = durée jaune clignotant.

           

 

exemple

 

Q:        PE AM=F.*

R:        AM=F.1 AF=1 CY=20 OF=4 JC=5

            AM=F.2 AF=3 CY=20 OF=8 JC=5

 

 


Télésurveillance

 

 Présence d'un défaut en cours  - commande P

 

Q::=P

 

cf. Document de normalisation NFP99340

 

la réponse positive est le statut temps réel

 

R::= strØ

 

Composition du status temps réel:

BØ=1 signale un problème lié à l'alimentation en énergie externe.

B1=1 signale une réinitialisation ou le changement d'état hors LCR d'un module positionnable.

B2=1 signale une prise locale de contrôle.

B3=1 signale une ou plusieurs erreurs  majeures. 

B4=1 signale qu'une condition d'alerte est survenue et que l'acquittement de celle-ci n'a pas encore été réalisée par son destinataire.

B5=1 signale:

•          l'apparition d'une erreur majeure ou mineure indiquée par ERI≠Ø

•          ou la disparition d'une erreur majeure signalée par ERI.

•          ou que le paramètres BTR est ≠Ø.

B6=1 Le bit B6 est à Ø lorsque les bits b0 à b5 sont tous à 1, et est à 1 dans tous les autres cas.

 

Exemple:

Q:        P

R:        à  

(les 6 bits du caractère "à" indiquent que tout fonctionne sans anomalie)


Rapatriement des défaut en cours - commande ST

 

Q::=ST{[,par=v]...}

 

cf. Document de normalisation NFP99340

 

Il y a 18 Paramètres nécessaires:

 

COD   = Code Adresse complet du Site

ADR   = Code Adresse local du Site

LOC    = Localisation du site

VER    = Numéro de version du logiciel

GEN   = Génération (constructeur, type, classe, version matériel)

                        (codes à préciser)

CKS   = Somme de contrôle logicielle

EDF    = Défaut sur modules énergie

GAR   = Compteur du chien de garde

RST    = Compteur des réinitialisations manuelles

INI        = Compteur des initialisations secteur

TRM    = Présence terminal de maintenance

ERn    = code erreur du canal de Trans

NST    = Numéro d'identification du site

BTR    = Défaut sur énergie interne

EVT    = evt:jj/mm/aa hh:mm:ss

              événement horodaté

ERI      = code d'erreur majeure ou mineure

remarque: dans ERI, il est possible de connaître l'adresse du module en défaut

CTL    = am/vv Indique les contrôles manuels, forcés et actifs

ALR    = défaut d'alerte non acquitée=1; 0 pas de défaut


Rapatriement du journal des défauts du contrôleur - commande TRACE

 

 

Q::=TRACE , n , &u , pt

 

cf. Document de normalisation NF-P-99-340

 

n = quantité de lignes de trace de maintenance à retourner

            0 totalité des traces disponibles

            par défaut n=1

 

&u       Les traces concernent au choix, les commandes d'action (à lister) &C, les changements d'état liés aux évolutions des STatus &M, les positionnements &P, les questions LCR reçues &Q, les réponses LCR retournées &R, les messages du système d'exploitation &S.

 


Configuration des commutations par calendrier

 

Q::=CFCMT [,NCM=ncm , NPF=npf , NJS=njs ,T=pt ]  | [m]

 

            ncm     = Numéro de commutation (de 00 à 31)

            npf       = Numéro de Plan de feu  (de 00 à 15)

            njs       = Numéro de Jour de la semaine  (de 0 à F)

                                   1=lundi .. 7=dimanche, 8=t les jrs, 9=samedi & Dim,

                                   A à F = jours spéciaux (à préciser)

            pt         = horodate spécifique

 

lecture du calendrier:

 

R::=CFCMT_NCM=ncm_NPF=npf _NJS=njs _T=pt <LF/CR>…

 

les lignes de la réponse sont rangées dans l'ordre croissant des numéros de commutation.

 

exemple:

 

Q:        CFCMT

R:        CFCMT NCM=00  NPF=01 NJS=8 T=17:00:00

            CFCMT NCM=01  NPF=00 NJS=8 T=18:30:00

            CFCMT NCM=02  NPF=01 NJS=6 T=16:30:00

 

Demande de lecture du calendrier en cours;  il y a 3 taquets de commutation:

Le premier commute le plan de feu n°1 (controle d'accès en cours) chaque jour à 17 heures.

Le deuxième commute le plan de feu n°0 (site en position de veille) chaque jour à 18h30.

Le troisième commute le plan de feu n°1 (controle d'accès en cours) le samedi à 16 heures 30. La commutation n°0, sur le même plan de feu à 18h n'aura pas d'effet.

 


Configuration des Stratégies et algorithmes

 

Q::=CFAG [,AG=str] [,par=p] | [m]

 

m  =  macros (Z et S)

str = libellé de la stratégie

par = paramètres spécifiques et particuliers:

 

            (str)      (par)

            STR/ALI         = Alinéa

                        BA      = coeff ß d'alinéa

                        CS      = consigne du TT optimal en %

                        Qzero = nombre de véhicules autorisé au pas de temps "0",

                        DCP   = Durée du cycle peloton.

           

            AGAG            = Algo Goutte à goutte

                        SB      = seuil bas de durée du cycle gag

                        SH      = seuil haut de durée du cycle gag

 

            AFA                = Algo file attente

                        SDA   = Seuil de taux TT de début  du traitement de file d'attente

                        SFA    = Seuil de taux TT de fin  du traitement de file d'attente

                        T1       = Durée de confirmation pour le début du traitement

                        T2       = Durée de confirmation de fin du traitement de file d'attente.


Configuration des périodicités utilisables

 

Q::=CFPU [,par=p]

 

par = paramètres spécifiques et particuliers complémentaires:

 

            (par)

            IA        =  période acquisition

            AG      =  période agrégation temporelle

            FA       =  fréquence  agrégation temporelle (???)

 


 

STRUCTURE TOPOLOGIQUE de l'EQUIPEMENT

 

Décomposition en modules et familles de modules:

 

Conformément au §8 de la NF-P-99-340, on décompose l'équipement en modules homogènes adressables auxquels on affecte une sous adresse de type "x.y", et regroupés en familles "x".

 

 

Le contrôleur dispose d'un adressage sur 7 caractères, symbolisée par "Argdd.s". "A" est fixe pour un équipement d'Action. Une fraction "rgs" de l'adresse logique peut servir d'adresse physique pour les couches basses de transmission, la NF-P-99-302 par exemple.

 

L'adresse est positionnée par la commande LCR: ST COD=Argdd.s

 

Certaines commandes LCR permettent directement de lire ou écrire des valeurs affectées aux sous adresses x.y, qu'elles soient internes ou externes. Selon définition du constructeur, ces valeurs peuvent être très simples, de type booléen (0 ou 1, ouvert ou fermé, faux ou vrai) ou plus complexes: arithmétiques simples, tableaux stucturés, etc. (mesures individuelles, classifiées, profilées..)

 

 


 

Topoplogie des positionnements individuels

 

Adresse

AM =                 P.4                      P.3                      P.2                      P.1              F.1, F.2,  …

 

AF =                 1                          1                          1                          1          ET    0   éteint

Valeur              0                          0                          0                          0          PF   1   rouge

position                                                                                                            JC    2   jaune clignotant

                                                                                                                          JF    3   jaune fixe.

 

Valeur v           0                          0                          0                          0                  0 = OK

d'anomalie      1                          1                          1                          1                  1 = lampe grillée

( pour  ST ERI : …x.y/v …)                                                                                      2 = double allum.

 

 

Positionnement indiduel d'un panneau

 

Q:        PA      AM = P.4       AF = 1                                   (panneaux 4 activé)

Q:        PA      AM = P.4       AF = 0                                   (panneaux 4 éteint)

 

ou en utilisant le mode symbolique réduit:

Q:        PA      B14     OUI                                                    (panneaux P.2  activé)

 

Positionnement individuel d’une ligne de feux

 

Q :       P         AM = F.*        AF  =  0                                 lanternes éteintes

                                                           1                                 lanternes au rouge  

                                                           2                                 lanternes au jaune clignotant

                                                           3                                 lanternes au jaune fixe

 

Lancement d’une séquence de fonctionnement

 

Utilisation des mécanismes de MACRO-commandes du LCR:

Q :       [PM] label

            exemple:

Q :       [PM] REGUL

 

Programmation d’une séquence macro de nom ‘Label ‘

 

Programmation des MACRO-commandes :

Q :       CFMP label A = ...

            .  .  .  .  . 


 

Topologie des générateurs de mesures

 

On utilise la codification/notation normalisée:

 

Désignation des mesures:  y  u  u   p                    (LCR Annexe 3)

                        ex :                             1  T  T  6                    et CFAL, page 88,

                                                                                              et E, page 167)

                        signifiant:                   1          couloir c.1 de franchissement

                                                           TT       Taux d'occupation tous véhicules

                                                           6          périodicité dernier séquencement 6 sec

           

Mesures utilisables:

 

- Détection de la file d'attente :                              4TTd > 50

(Valeur du taux occupation sur le couloir c.4,

sur la dernière séquence 10 secondes supérieure à 50 %)

 

- Occupation du fil[3] Détecteur/capteur  C.2:         C2XBØ = 1   (1=fermé,  Ø=ouvert)

 

- Vitesse moyenne 6 sec :

            sur voie lente:                                               8 V T 6 = 130            (en km/h)

                        .

                        .

      etc ...


Utilisation des mesures

 

1)         Une valeur de mesure peut être utilisée dans une expression, argument du paramètre CK dans la commande CFMP : lorsque la relation devient "VRAI", la condition de déroutement est activée.

 

Exemple :

-           -           -           -

PA , AM = P.3 , AF = 1 , TP = 6 000 , CK = 4 TTd > 50 , DG = VIDAGE

-           -           -           -                         (condition )             (autre macro)

-           -           -           -                          (vrai/faux )               

                                  

Signification: Pendant un temps d'attente TP de 60 secondes,

                                   SI                    le taux Occupation TT sur période d=10 secondes,

                                                           sur le couloir 4 , est supérieur à 50 %,

                                   ALORS          interruption de la présente macro

                                                           et démarrage inconditionnel de la séquence

                                                           VIDAGE

                                   SINON            exécuter: PA , AM = P.3 , AF = 1

                                                           à l'expiration des 60 secondes

 

2)        Des valeurs de mesure peuvent être combinées et utilisées comme arguments de CFAL, pour déclencher une Action  Externe. Dès que la mesure désignée atteint la condition spécifiée, l’action décrite dans un ST AL correspondant est lancée.

La NF 340 (version de 1998) est actuellement limitée à 3 types de conditions CFAL qui aboutissent à 1 seule action : l'expédition d’un message ASCII  sur un port de communications. En sus, lors de l'expédition de ce message, une signalisation locale est effectuée sur le port désigné . (front montant sur broche 4 = RTS).

 

Une extension[4] pour CFAL est proposée, de type :

 

            AM=x.y

            et une famille supplémentaire "A" pour désigner une cible Algorithmique.

     

x.y désigne donc l'adresse interne d'un "algorithme"  dont la sortie est exprimée par une commande ST AL de rang y.

 

par  ex:

 

CFAL , AM=a. 2 , A , 4 TT d > 50

 

ST AL , AM=a.2 , ACT=VIDAGE

(lorsqu'un champ "AM=" figure dans la commande ST AL,  ACT peut avoir comme valeurs: N = hors service, O = en service, ou le nom d'une macro à exécuter)

 

3)        La nature de mesure de code "XB" signifie un indicateur d’état  (ou de position binaire). On l'associe à l'adresse  x.y[.z ...] d'un module, et à un code temporel p. On obtient le code composite xyXBp désignant sans ambigüité l'état d'un élément dans le temps et l'espace.

Le code temporel p=Ø signifie l'instant présent

 

Quelques exemples possibles pour CFMP/CK et CFAL :

 

C2XBØ = 1                           si un détecteur C.2 est en position "présence"

C2XBØ = 0                           si un détecteur C.2 n'est pas en position "présence"

F1XB Ø= 0, 1, 2 ou 3          ligne de feux: éteint/rouge/vert/jaune clignotant

F163/XBØ=1                        ampoule 3 de la lanterne 6 de la ligne de feux F1 allumée

 

FONCTIONNEMENT

 

4 macro-séquences  pilotent tout le fonctionnement du contrôle d'accès:

PF1- REGUL- VIDAGE - EXTNORM

 

 

Le lancement est obtenu par l'exécution de la macro-commande :

            PF1

 

Au bout de 60 secondes, la séquence d'initialisation appelle la séquence de contrôle de la régulation d'accès :

            REGUL

 

(Le fonctionnement en Goutte à Goutte ou en peloton a été préalablement  configuré. )

 

En cas de file d'attente détectée, la séquence de contrôle g. à g. appelle la séquence:

            VIDAGE

 

quand les conditions de régulation reviennent, la séquence de contrôle REGULest rétablie.

 

L'extinction normale est obtenue par l'exécution de la macro :

            EXTNORM

 

Cette macro d'extinction peut provenir, soit d'une télécommande de forçage, soit d'une condition de déroutement incorporée à la séquence REGUL.

 

L'extinction de sécurité est obtenue par l'exécution de la macro :

 

            EXTSECU

 

 

Nota : Les commandes suivantes sont en unique mode de lecture pour le système de commande distant :

 

-          PF1,

-          REGUL,

-          VIDAGE,

-          EXTSECU.
 SEQUENCE D'INITIALISATION

 

 

PF1- Son déroulement est le suivant :

 

PA      AM = P.1       AF = 1

PA      AM = P.2       AF = 1

PA      AM = P.3       AF = 1

PA      AM = P.4       AF = 1

PA      AM = F.1        AF = JN         CL = 50 / 50

PM      REGUL          TP = 6 000

 

 

 

 

SEQUENCE DE CONTRÔLE

 

                                                                                             

REGUL - Son déroulement est le suivant :

 

PA      AM = F.1        AF = JN         CL = 50 / 50  DA = &JC

(on affiche sur la ligne de feu le jaune clignotant (1/2s éteint, 1/2 s allumé) pendant une durée &JC, fixée par ailleurs, en principe par Alinéa)

 

PA      AM = F.1        AF = RG        TA = &R  CK = a.1/&V1  

            CK = a.1/&V2           DG = VIDAGE/1

(lorsque la sortie de l'algorithme 'Alinéa' d'adresse "a.1" est # Ø,  passage à la ligne suivante)

(lorsque la sortie de l'algo a.1 a une variable &V2 qui est 'VRAI', passage forcé à la séquence 'VIDAGE' , en ligne 1)

 

PM      REGUL

(bouclage de la séquence sur elle même)                                                                                 

 

 


SEQUENCE DE VIDAGE

 

Exemple de lecture de configuration:

 

Q : CFMP , VIDAGE

R : VIDAGE/1  PA  AM = F.1  AF = JN  TP = 200  CK =3 TT 1<10 DG = EXTNORM

      VIDAGE/2  PA  AM = F.1  AF = RG  CK = 1XBØ/1

      VIDAGE/3  PM  VIDAGE                                            

 

CK =3 TT 1<10 ==> si le taux d'occ 1 minute sur la boucle C.3 est inférieur à 10%, fin de la séquence de vidage et lancement de l'extinction normale EXTNORM.

 

CK = 1XBØ/1 ==>               attente sur le rouge jusqu'à ce que l'état  XB (passage) sur le capteur C.1 de franchissement ait pris la valeur 1

 

 

SEQUENCE D'EXTINCTION NORMALE

 

Q : CFMP      EXTNORM                                                  

R : EXTNORM/1       PA      AM = F.1        AF = JC

      EXTNORM/2       PA      AM = F.1        AF = Ø           TP = 12 000

      EXTNORM/3       PA      AM = P.1       AF = 0

      EXTNORM/4       PA      AM = P.2       AF = 0

      EXTNORM/5       PA      AM = P.3       AF = 0

      EXTNORM/6       PA      AM = P.4       AF = 0

      EXTNORM/7       PM PFØ

 

TP = 12 000 signifie: 12000 centièmes de seconde, soit 2 minutes de Jaune Clignotant.

Aprés quoi, extinction des feux, des panneaux, lancement d'une autre macro de nom PFØ.


ANNEXE

 

contrôle des durées

 

Dans une séquence, chaque phase élémentaire est constituée d'une ligne de la macro.

 

La durée d'une phase est contrôlée par le paramètre:

            TP = tp

(temporisation préalable à l'exécution d'une ligne de macro)

ou par:

            TA = tp

(temporisation après exécution d'une ligne de macro)

 

tp peut être une constante ou une variable:

            tp = xxx           (constante numérique exprimée en 1/100seconde)

            tp = &Nvar     (variable de nom Nvar, définie ailleurs)

 

•     tp peut être fourni explicitement par l'opérateur par la commande:

            CFVAR Nvar=val (qui fixe un nom et sa valeur numérique "val" )

•     tp peut être la valeur actuelle d'un paramètre numérique quelconque du LCR, et désigné par son étiquette Nvar.

•     tp peut être fourni en sortie de l'un des algorithmes. Dans ce cas, il revient au constructeur de l'algorithme d'indiquer les noms des variables utilisables.

 

exemple de durées variables:

Q:        CFVAR , TEMPO1=150 , TEMPO2=2000 , …

R:        CFVAR , TEMPO1=150 , TEMPO2=2000 , …

Q:        CFMP  ,  PF2

            …

            PF2/4  PA … , CK=… , TP=&TEMPO1 , … , TA=&TEMPO2

            PF2/5 …

            …

Lors du déroulement de la macro PF2, la ligne 4 commence son exécution PA… seulement après 1,5 seconde de temporisation préalable. Après la fin d'exécution de l'action PA…, on attend encore 20 secondes, et on passe à la ligne 5 . Les contrôles désignés par CHK=… sont actifs pendant tout le temps de déroulement de la ligne, y compris les durées TP et TA.

 

Quelques durées:

1 - durée de la séquence d'initialisation               =>       dans la macro PF1

2 - durée de la séquence d'extinction                   =>       dans macro EXTNORM

3 - La durée d'autonomie en cas de perte de dialogue avec le système distant est contrôlée par le paramètre : SPC : ( voir LCR p.147)

            Q: CFPP , AM = z.z , SCP = p

                        p = durée de la surveillance

                        z.z est le code de sous-module du contrôleur lui-même

4 - Durée maximum entre 2 réceptions de messages du système distant

            idem ci-dessus,


Tests sur condition externe

 

Ils sont exprimés:

 

par une condition booléenne dans CFAL, ou

par le paramètre CK des macros CFMP, lors de l'exécution d'une séquence macro.

 

5 - seuil de temps de présence sur une boucle de détection de file d'attente pour le déclenchement  de la séquence de vidage:

 

5.1 - Si l'on veut que la séquence de vidage puisse être déclenchée n'importe quand, on écrit un CFAL  qui contrôle le déclenchement immédiat et inconditionnel de la macro VIDAGE:

 

            CFAL , X/VIDAGE , 4 TT 6 > 80

                        4          = capteur  C.4 de file d'attente

                        TT       = Taux d'occupation

                        6          = sur séquence de 6 secondes

                        80       = valeur du seuil de taux d'occupation (en %)

(A n'importe quel moment, si le taux 6 min sur le capteur C.4  atteint par ex. 83%, alors il y a branchement immédiat sur la macro VIDAGE)

 

5.2 - Si l'on veut que la séquence de vidage puisse être déclenchée n'importe quand, et que une autre action doit être aussi exécutée en parallèle (envoi d'un message au PC par ex.) on écrit un CFAL AM=a.3 qui définit un algorithme d'adresse a.3, et entraine  l'exécution de toutes les actions décrites par les divers ST , AL , AM=a.3 … et en particulier le déclenchement de la macro VIDAGE:

 

            CFAL , AM=a.3 , M , 4 TT 6 > 80

            ST AL , AM=a.3 , ACT=VIDAGE/1

 

5.3 - Si l'on veut que la séquence de vidage puisse n'être déclenchée qu'à certains

instants d'une séquence, on insère dans la ligne correspondante de la macro REGUL un déroutement conditionnel:

 

            … , CK = 4 TT 6 > 80 , DG = VIDAGE / 1 , …

 

(pendant la durée d'exécution de la ligne correspondante de la macro REGUL, si le taux 6 min sur le capteur C.4  atteint par ex. 83%,  alors il y a branchement immédiat sur la macro VIDAGE)

 

6 - durée de confirmation pour  début de traitement de file d'attente:

utiliser le code convenable de périodicité de l'agrégation temporelle.

 

7 - seuil de temps de présence sur une boucle de détection de file d'attente pour mettre fin au traitement local de file d'attente:

paramètre CK de la macro VIDAGE

 

8 - durée de confirmation fin de séquence  VIDAGE:

utiliser le code convenable de périodicité de l'agrégation temporelle dans le CK de la séquence VIDAGE.

 

9 - seuil maximal d'absence sur une des boucles :

 

            algorithme "a.y" à créer, avec un couple CFAL/ST AL

 

du genre :

                        IF  * TTJ = Ø,             THEN contrôleur = Hors service

                                                           AND bit de status temps réel = ON

 

formulation de l'algorithme:

            CFAL , AM=a.9 , M , * 4TTJ :F= Ø

            ST AL , AM=a.9 , ST/ERI=18

 

(création d'un algorithme d'adresse "a.9":

Sur le capteur 4, si le débit tous véhicules sur les 24 dernières heures (1 jour flottant exprimé par le suffixe ":F") devient nul, on positionne l'indicateur d'erreur ERI à 18, ce qui entraine aussi un "SET" du bit 5 du status tps réel stRØ).

 

 

 

10 - seuil maximal de présence sur 1 boucle de détection de file d'attente

 

algorithme a.D (par ex.) de déclenchement d'erreur majeure 19 et

positions de repli, ligne 2.

 

            CFAL , AM=a.D , M , * *QTH = Ø

            ST AL , AM=a.D , ST/ERR=19

            ST AL , AM=a.D , ACT=REPLI/2

 

* *QTH = Ø  ==>       Si un débit horaire sur n'importe quel capteur est nul, alors exécuter les 2 actions définies pour l'algorithmes  "a.D": positionner le ERI du Status à la valeur 19, et déclencher la macro REPLI à sa ligne 2.

 

Note: le positionnement forcé des indicateurs d'erreur ERR et ERI du Status positionne également les bits correspondants du status temps réel, en conformité avec la NF-P-99-340.


 



[1] le choix d'utiliser la commande "P" existante de la NF-340 ou d'e créer un synonyme "C" reste à déterminer en commission EQUIDYN

[2] Remarque : La configuration des adresses de modules et sous-modules est faite par construction ou localement (hors LCR) et permet d'adresser individuellement tous les éléments du contrôleur . La configuration dynamique (commande CFET, CFES) sera établie ultérieurement.

 

[3]  Le module matériel C.2 est différent de l'entité "couloir de mesurage" c.2.

a) La commande CFC désigne quelles sont les mesures de trafic au choix  qui doivent être générées et attachées à des couloirs c.y

b) A chaque module matériel x.y peut être attaché (par construction) une valeur (ou position)  . Ces valeurs peuvent seulement être seulement lues pour certaines (commandes PE, M, A), lues et écrites (PA ou TC M ou TC A) pour d'autres.

Les modules externes capteurs/détecteurs (C.y) sont lisibles à tout moment. Ils ne supportent que des valeurs booléennes, exprimées par 1 (contact fermé) ou Ø (contact ouvert) . On désigne ici ces valeurs booléennes comme des mesures,  de code XB (eXistence d'une valeur Binaire).

 

 

[4] voir la révision 2 du de la commande CFAL