PROJET de Norme française NF P 99-340-1

T1 Information et exploitation routières

T2 Langage de commande routier

T3 Adaptation IP


Avant-propos

L’évolution rapide des techniques de transmission nécessite que les équipements dynamiques routiers évoluent aussi parallèlement.

La généralisation récente des communications par l’Internet et par des intranets a conduit à adapter quelques commandes du Langage de Commande Routier pour qu’il puisse mieux coexister avec le protocole de couche basse IP.

1         Objet et domaine d'application

La présente norme complète et modifie plusieurs commandes de la norme NF P-99-340. Les commandes décrites ici annulent et remplacent celles de la NF P-99-340.

2         Commandes étendues

2.1                                      SETU  Configuration des ports de communication

Cette commande permet de configurer les ports physiques de communication et certains des paramètres du protocole de liaison.

* Selon les équipements, cette commande n'est accessible en écriture qu'à un utilisateur autorisé (cf. la commande ID, les normes d'application et les CCTP particuliers)

2.1.1        Commande d’écriture SETU

Syntaxe formelle:                Q::=SETU{,par[y]=v…|,m}

Paramètres par ou macro m

Fonction

Valeur des arguments

Valeurs initiales

y

adressage du port y dans un contexte modulaire x.y

1 caractère du jeu J7

1

PROTy[ /r]=p[T]

Protocole

 

p::={ T | C | U | E | S | L }

r ::= 1 à 99

 T

 

PIy[ /r]=i

Port logique  IP complémentaire

i ::= 1 à 65 535

 

XMTy[ /r]=np

Média et nombre de préfixes de remplissage

np::={ Rp| Cp| Pp| Lp | Xp }

avec p::=0 à 999

C0

BDy=x

Vitesse de transmission

x::={50|100|300|600|1200|

2400|4800|9600|19200|....

autres vitesses standards d'UART}

1200

PAy=w

Parité

w::={ P | I | N }

P

STy=z

Nombre de stop-bits

z::={ 1 | 2 }

1

LGy=l

nombre de bits de donnée

l::={ 5 | 6 | 7 | 8 }

7

PRy[ /r]=f

Protection du mode terminal

f::={ O | N }

N

TALy[ /r]=s

Nombre de suffixes de remplissage

s::=0 à 999

0

{S | Z | C }

Macros pour valeurs Standard,  Zéro, Constructeur

 

 

 

2.1.1.1            Fonctionnement de la commande d'écriture SETU

y  est le code-adresse du port physique concerné dans le contexte d’adressage des modules x.y  (voir §7, Adressage topologique dans NF P-99-340). Les valeurs possibles pour y sont décrites dans les normes d’application. La valeur par défaut est égale à 1.

Pour les protocoles asynchrones: Les paramètres BD,PA,ST,LG sont optionnels en écriture lorsque la configuration de l'UART correspondant est matérielle par switchs ou straps. Si la mise en configuration logicielle est utilisée, elle doit être accompagnée d'une méthode matérielle locale permettant de forcer au minimum sur 1 port les valeurs par défaut suivantes: 7bits, 1 start, 1 stop, parité paire, 12ØØ bauds Une autre méthode acceptable en substitution est l'autoconfiguration de l'UART par reconnaissance automatique du format d'un caractère spécifique reçu par l'Uart.

Pour les protocoles liés à IP :  Les paramètres BD,PA,ST,LG sont sans signification et sont ignorés en écriture

Sur un port supportant IP, ethernet par exemple, plusieurs ports logiques IP i différents peuvent être configurés et actifs. Leur nombre, leurs valeurs possibles, les fonctions associées, dépendent du constructeur et sont documentés dans les notices techniques correspondantes.

PROTy[ /r]=p indique le protocole p de transmission à utiliser en couche basse:

r  est le numéro logique (rang) du port IP éventuellement actif en écoute et relié à l’interpréteur LCR, lorsque le protocole p est l'un de ceux basés sur IP ci-dessous. les valeurs possibles de r vont de 1 à 99. Lorsque le paramètre optionnel /r est employé pour PROT, il doit aussi être utilisé avec les 4 autres paramètres PI, XMT, TAL et PR.

Les valeurs suivantes peuvent être données à p :

¾       T prescrit l’application du protocole NF P 99-302. Il n’y a pas de valeur par défaut pour i qui est ignoré s’il figure dans la requête.

¾       C prescrit l'utilisation de TCP (RFC 793) sur IP (RFC 791). La valeur par défaut pour i est 34000.

¾       U prescrit l'utilisation de UDP (RFC 768) sur IP (RFC 791). La valeur par défaut pour i est 34001.

¾       E prescrit l’application des protocoles TELNET (RFC 854) sur TCP/IP. La valeur par défaut pour i est 23.

¾       S prescrit l’application des protocoles SSH (RFC 4251 et suivants) sur TCP/IP. La valeur par défaut pour i est 22.

¾       L prescrit l’application des protocoles SSL (RFC 2246 et suivants) sur TCP/IP. La valeur par défaut pour i est 992.

La forme PROTy[ /r]=pT définit les 2  protocoles imbriqués utilisés par les couches basses sur le port affecté en écoute : le protocole de code T peut être inbriqué dans l’un des 5 autres possibles. Valeurs autorisées : CT,UT, ET, ST, LT.

PIy[ /r]=i désigne la valeur i (de 1 à 65 535) du port IP de rang r . Les valeurs de port logique i  par défaut sont fonction du code p (voir ci-dessus).

XMTy[ /r]=np désigne le média  :

n  permet d’aiguiller le port y correspondant vers une interface de modulation-démodulation lorsqu’elle existe au sein de l'équipement. Les valeurs suivantes peuvent être données à n :

¾       R: pour une interface spécifique Radio,

¾       C: pour une interface spécifique RTC (Réseau Téléphonique Commuté),

¾       P: pour une interface spécifique de ligne filaire Privée,

¾       L: pour une interface sérielle asynchrone directe Locale.

¾       X: pour une interface Ethernet sur RJ45 (IEEE 802.3)

p est le nombre de caractères de préfixe à utiliser pour toute émission sur le port affecté. Les caractères utilisés en préfixe sont des caractères DEL <7/15> du jeu G0. L'utilisation de préfixes et de suffixes de remplissage sur des réseaux de transmission semi-duplex permet de prendre en compte les temps de retournement de modem dans le cas où ceux-ci ne sont pas gérés par ailleurs.

BDy=x définit la vitesse de l'UART relative au port "y".

PAy=w définit la parité de l'UART relative au port "w".

STy=z définit le nombre de bits de stop de l'UART relative au port "y".

LGy=l définit la longueur en nombre de bits du caractère de l'UART relative au port "y".

PRy[ /r]=f active ou désactive la protection relative au mode terminal sur le port "y". Ce paramètre n'a de sens que lorsque la valeur du paramètre PROT contient "T".

le paramètre PRy de la commande SETU permet de restreindre individuellement l'accès d'un port par le mode terminal (du protocole NF P 99-302), pour protéger l'équipement des intrusions non autorisées.

Lorsque le paramètre PRy est positionné à "N", le port "y" correspondant est accessible sans  restriction dans n'importe lequel des 3 modes de NF P 99-302.

Lorsque le paramètre PRy est positionné à "O", le port "y" correspondant a le comportement suivant:

a)       le mode DE BASE de la NF P 99-302 est toujours autorisé, le mode TEST de la NF P 99-302 est toujours autorisé, et le mode TERMINAL de NF P 99-302 est ainsi restreint :

b)      le mode TERMINAL est interdit si aucune commande valide en mode TEST ou DE BASE n'a été reçue dans les 60 secondes précédentes,

c)       le mode TERMINAL est autorisé temporairement si une commande valide, même vide, en mode TEST ou DE BASE a été reçue dans les 60 secondes précédentes,

d)      lorsque le mode TERMINAL est autorisé temporaire, tout caractère reçu ou émis par le port réarme à 60 secondes ce temporisateur d'autorisation,

e)       à l'issue de la temporisation, le mode TERMINAL est interdit tant que les conditions d'autorisation ne sont pas à nouveau remplies.

TALy[ /r]=s définit un nombre de caractères de suffixe à utiliser pour toute émission sur le port affecté. Les caractères utilisés sont DEL <7/15> du jeu G0.

Les paramètres PROT, XMT, BD, PA, ST, LG, PR, et TAL peuvent être donnés dans un ordre quelconque et répétés pour s'adresser à des ports différents.

La commande est exécutée seulement après la fin d'envoi de la réponse.

2.1.1.2            Paramètres macro

Les macros S , Z, ou C sont exclusives des autres paramètres, et permettent d'établir un paramétrage Standard,  un paramètrage pour remise à Zéro (ou minimale), ou le paramètrage du Constructeur.

Après une commande SETU C, les paramètres prennent les valeurs préconfigurées par le constructeur de l'équipement et fixées dans sa documentation:

Après une commande SETU Z ou SETU S, les paramètres prennent les valeurs suivantes :

R :      SETU 1 PROT=T XMT=C0 BD=1200 PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=0<LF><CR>

         SETU 2 PROT=T XMT=C0 BD=1200 PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=0<LF><CR>

         SETU 3 PROT=T XMT=C0 BD=1200 PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=0

Les éventuels ports IP configurés par l’opérateur sont tous désactivés, à l’exception des ports fixés par construction et non configurables.

L’effet exact des macros Z et S peut être modifié par les normes d’application de chaque équipement.

2.1.1.3            Valeurs initiales

Les valeurs initiales n'ont un sens que lors de la première mise en service de l'équipement. Ensuite les valeurs configurées sont conservées dans une mémoire sauvegardée.

2.1.1.4            Fonctions influant sur la commande d'écriture SETU

Une configuration matérielle peut être utilisée, au lieu de la configuration logicielle ; dans ce cas, la commande permet au moins de lire cette configuration. Pour un même port, les configurations matérielles et logicielles sont exclusives l’une de l’autre.

2.1.1.5            Réponse à la commande d’écriture SETU

La réponse à la commande d'écriture a la forme qui suit, si elle est acceptée. C'est un acquit court négatif dans le cas contraire (il peut également y avoir des cas de non réponse, voir chapitre "Comportement face à une nouvelle commande").

 

Elément de réponse

Format

y

1 caractère numérique : "1" à "9"

r

1 nombre décimal de 1 à 99

i

1 à 5 caractères numériques : "1 à 65535", cadrés à gauche

p

1 caractère pris parmi  "C, U, E, S, L"

T

Le caractère "T"

np

n::= 1 caractère pris parmi "R, C, P, L, X"

p::= 1 à 3 caractères numériques : "0 à 999", cadrés à gauche

x

1 à 6 caractères numériques : "1" à "999999", cadrés à gauche

w

1 caractère pris parmi "P,I, N"

z

1 caractère numérique : "1" ou  "2"

l

1 caractère numérique : "5" à "8"

f

1 caractère pris parmi "O, N"

s

1 à 3 caractères numériques : "0 à 999"", cadrés à gauche

Les lignes "SETU y" se répètent pour chacun des ports physiques dans l'ordre croissant des "y" et se terminent par le ou les ports ethernet. Pour un port ethernet y, les lignes "SETU y:i" se répètent pour chacun des ports IP définis, dans l'ordre croissant des "r". 

La commande d'écriture SETU est refusée (la réponse est un acquit négatif) dans les cas suivants :

¾       un paramètre au moins n'est pas valide ;

¾       la commande s'applique à un port asynchrone dont la configuration est matérielle ;

¾       la commande s'applique à un port n'existant pas.

2.1.2        Commande de lecture SETU

Syntaxe formelle            Q::=SETU

Fonction

Syntaxes autorisées

Lecture de la configuration physique de tous les ports.

SETU

 

2.1.2.1            Réponse à la commande de lecture SETU

La forme des réponses aux commandes de lecture SETU est identique à celle des réponses aux commandes d'écriture SETU.

2.1.3        Exemples SETU

Mise à la configuration standard S d'un équipement comportant trois ports asynchrones plus un port ethernet.

Q :     SETU S

R :     SETU 1 PROT=T XMT=C0 BD=1200 PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=0<LF><CR>

        SETU 2 PROT=T XMT=C0 BD=1200 PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=0<LF><CR>

        SETU 3 PROT=T XMT=C0 BD=1200 PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=0<LF><CR>

Il n'y a pas de port ethernet dans la configuration S. Les ports 1 à 3 sont asynchrones, le protocole utilisé en couche basse est NF P 99-302. L'interface physique est un UART destiné à un DCE de type modem RTC, et il n'y a aucun préfixe à insérer avant les messages envoyés. Pour chaque caractère  la vitesse est de 1200 bauds, le bit de parité est positionné sur pair, la longueur du caractère est de 7 bits significatifs. La protection du mode terminal de NF P 99-302 est activée. il n'y a aucun suffixe à générer après chaque message envoyé.

Modifications de paramètres des ports 2 et 3, activation du port ethernet:

Q :    SETU XMT1=P10 TAL1=10 BD2=9600 XMT2=C20 BD3=19200 PR3=N PROT4/1=C PI4/1=34000 XMT4/1=X0 TAL4/1=0 PR4/1=0

R :    SETU 1 PROT=T XMT=P10 BD=1200 PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=10<LF><CR>

       SETU 2 PROT=T XMT=C20 BD=9600 PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=0<LF><CR>

       SETU 3 PROT=T XMT=C0 BD=19200 PA=P ST=1 LG=7 PR=N TAL=0<LF><CR>

       SETU 4/1 PROT=C PI=34000 XMT=X0 PR=O TAL=0

Sur le port asynchrone n°1 l'interface physique pour ligne bifilaire privée et son modem interne associé sont activés; 10 caractères <7F> de préfixage et 10 caractères <7F> de suffixage encadreront chaque message généré. Le port asynchrone n°2 est passé en 9600 bauds avec 20 préfixes. La protection du mode terminal est désactivée pour le port n°3. Le port 4 Ethernet (par construction) est mis en service,  ainsi que le protocole TCP/IP seul sur son port IP par défaut, le port 34000. Le nombre de suffixes et préfixes est fixé.

Ajout d'un port logique IP supportant le protocole TELNET sur le même port ethernet:

Q :    SETU PROT4/2=E

R :    SETU 1 PROT=T XMT=P10 BD=1200 PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=10<LF><CR>

       SETU 2 PROT=T XMT=C20 BD=9600 PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=0<LF><CR>

       SETU 3 PROT=T XMT=C0 BD=19200 PA=P ST=1 LG=7 PR=N TAL=0<LF><CR>

       SETU 4/1 PROT=C PI=34000 XMT=X0 PR=O TAL=0<LF><CR>

       SETU 4/2 PROT=E PI=23 XMT=X0 PR=O TAL=0

pour TELNET, par défaut c'est le port IP n°23 qui est ouvert.

Modification protocolaire:

Q :    SETU PROT4/1=CT

R :    SETU 1 PROT=T XMT=P10 BD=1200 PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=10<LF><CR>

       SETU 2 PROT=T XMT=C20 BD=9600 PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=0<LF><CR>

       SETU 3 PROT=T XMT=C0 BD=19200 PA=P ST=1 LG=7 PR=N TAL=0<LF><CR>

       SETU 4/1 PROT=CT PI=34000 XMT=X0 PR=O TAL=0<LF><CR>

       SETU 4/2 PROT=E PI=23 XMT=X0 PR=O TAL=0

Le port 4/1 de valeur 34000 supportera NF P-99-302 encapsulé dans TCP/IP.

Relecture de la configuration en cours:

Q :    SETU

R :    SETU 1 PROT=T XMT=P10 BD=1200 PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=10<LF><CR>

       SETU 2 PROT=T XMT=C20 BD=9600 PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=0<LF><CR>

       SETU 3 PROT=T XMT=C0 BD=19200 PA=P ST=1 LG=7 PR=N TAL=0<LF><CR>

       SETU 4/1 PROT=CT PI=34000 XMT=X0 PR=O TAL=0<LF><CR>

       SETU 4/2 PROT=E PI=23 XMT=X0 PR=O TAL=0

 

Tentative de paramétrage d'un port non asynchrone:

Q :    SETU BD4=9600

R :    ?

 

Tentative de paramétrage d'un port asynchrone à configuration matérielle:

Q :    SETU BD1=2400

R :         ?


 

2.2                                      ST  AL – Configuration des paramètres d’alerte

Cette commande configure et décrit le STatus des circuits d'envois d'ALertes.

* Selon les équipements, cette commande n'est accessible en écriture qu'à un utilisateur autorisé (cf. la commande ID, les normes d'application et les CCTP particuliers)

2.2.1        Commande d’écriture ST AL

La commande ST AL permet de configurer le circuit et la méthode pour générer une alerte lorsqu'une des conditions définies par  un CFAL correspondant est réalisée.

Syntaxe formelle:            Q::= ST,AL{,m|{,par=v}…}

Paramètres par

Fonction

format des arguments

valeurs

AM=y

Adresse de module correspondant au DST d'un CFAL

y::= 1 caractère numérique de "1" à "9"

par défaut: y::="1" - Tous les y configurés doivent être différents

ACT=v

activation de la fonction d'alerte

v::= 1 caractère {O|N}

(O = en service  N = hors service)

NEUT=v

temps de neutralisation entre 2 alertes

v::= 1 à 5 caractères numériques

de "0" à "65535"

 

Seconde

REP=v

nombre de REPétitions en cas de tentative sans succès

v::= 1 à 2 caractères numériques

de "1" à "10"

 

valeur Standard S: 2

SEQ=v

périodicité pour CFAL M

v::= 1 caractère alphabétique

code p  de l'annexe C.6.4

PORT=p[/v]

Port p de transmission générateur de l'alerte en vitesse v

p::= 1 caractère numérique de "1" à "9"

v::= 2 à 5 caractères numériques

 

en bauds

PROTn=m[/a]

protocole de transmission

n::= 1 car numérique de "1" à "9"

m::= 1 car : "0" , "1" , "2" , "N" , "3" , "4"

a::= 3 car alphanumériques jeu J3,  ou

 

a::= ip[:port ]

ip::= 7 à 15 car. d'adresse IP

port::= 1 à 5 car. numériques

Numéro d'ordre

mode pour NF-P-99-302 ou pour IP.

Code rgs du destinataire si m=1 ou 2, ou

Adresse IP (RFC 791)

Mn=q/[r]/tq/tr

message à émettre et réponse attendue

n::= 1 car numérique de "1" à "9"

q::= 1 à 64 car alphanumériques

r::= 1 à 64 car alphanumériques

tq::= 1 à 4 caractères numériques

de "0" à "9999"

tr::= 1 à 4 caractères numériques

de "0" à "9999"

Numéro d'ordre

Texte envoyé, ou "*"

Texte attendu

Temporisation avant envoi de q

Temporisation d'attente de r -  pour le dernier message, temps d'attente avant une éventuelle répétition

m

Macro

m::= 1 à 3 caractères {Z|S|TST}

 

 

2.2.1.1            Fonctionnement de la commande d'écriture ST AL

La configuration des paramètres du circuit de transmission d'alerte peut être effectuée en une seule commande ou en plusieurs; leur action est cumulative, tant que la nouvelle configuration n'est pas incompatible avec la précédente ; dans ce cas, la dernière configuration remplace la ou les précédentes. Une ou plusieurs configurations différentes peuvent être effectuées, correspondant chacune à l'une des conditions d'alertes configurée par ailleurs dans CFAL.

Les paramètres suivants peuvent être écrits dans n'importe quel ordre.

AM        Adresse de module affectée à chaque ST AL possible. Cette adresse y correspond au paramètre DST=y des CFAL.

ACT       l'écriture de l'argument "O" a pour conséquence de rendre immédiatement actif le fonctionnement de l'alerte conformément à son status. Seule une écriture de la commande peut activer ou désactiver le processus; en aucun cas le paramètre ACT ne doit passer à "N" automatiquement.

NEUT     est le nombre de secondes pendant lesquelles le processus de détection d'alerte est inhibé après qu'une condition d'alerte ait été satisfaite. Ce temps n'a aucune incidence sur le temps d'attente entre deux tentatives d'émission des messages d'alerte. Cette temporisation n'a pas à être mise en oeuvre après l'apparition de l'événement pour générer la première alerte.

REP       est le nombre de répétitions en cas de non aboutissement des messages d'alerte. REP=n indique une tentative et n-1 répétitions.

SEQ       la périodicité indiquée implique qu'au top d'horloge correspondant l'alerte est générée si et seulement si, l'événement relatif aux mesures séquencées (CFAL M ...) est apparu. Au prochain top, si l'événement est à nouveau présent une nouvelle alerte doit être générée, si le temps de neutralisation (NEUT=) est inférieur à la périodicité choisie pour SEQ. Si le temps de neutralisation est supérieur à la périodicité choisie pour SEQ, il faut attendre qu'il s'écoule complètement et vérifier si la condition d'alerte est toujours présente sur le dernier cycle acquis.

PORT     la vitesse effective v d'émission des messages "question" ne doit être indiquée, que si elle est différente de la vitesse du port p (SETU ... BD=...), mode appel de l'avis V23 par exemple.

PROT     Le numéro n correspondant au message n'est indiqué qu'en écriture. L'adresse a du destinataire du message ne doit être fournie que pour m=1 à 4. L'adresse a est inutile pour m=0 ou m=N. Si le protocole et l'adresse ne changent pas entre deux messages consécutifs, il est inutile de réécrire un paramètre PROT.

Pour l’argument m de PROT,

les valeurs 0 à 2 prescrivent l'utilisation du protocole asynchrones NF P 99-302.

la valeur 3 prescrit l'utilisation de TCP (RFC 793) sur IP (RFC 791). La valeur par défaut pour i est 34000.

la valeur 4 prescrit l'utilisation de UDP (RFC 768) sur IP (RFC 791). La valeur par défaut pour i est 34001.

La valeur N prescrit de n'utiliser aucun protocole.

Pour l’argument a de PROT (lorsque le protocole IP est utilisé):

La forme ip:port peut être utilisée, dans laquelle un n° IP et un n° de port conformes (RFC 791) sont indiqués.

M    Mn=q/r/tq/tr

       1)    La réponse est limitée en nombre de caractères, cependant lorsque "*" est utilisé, ce n'est pas la longueur du message événementiel qui est prise en compte mais le seul caractère "*".

       Le caractère "espace", au sein d'un message "q" ou "r" peut être remplacé par le caractère "_".

2)    les caractères indiqués pour "r" sont contenus dans une chaîne de caractères (ex: CONN pour CONNECTE 75/12ØØ).

3)    tq est le temps attendu avant de générer le message q.

4)    tr est le temps maximum attendu pour que la réponse r parvienne. Si la réponse survient avant que le temps maximum soit écoulé, l'équipement doit passer au message suivant sans plus attendre.

Cependant si REP > 1, la valeur attribuée au tr du dernier message représente le temps d'attente pour générer une deuxième tentative, quand la première n'a pas abouti.

2.2.1.2            Réponse à la commande d’écriture ST AL {par=v}

La réponse normale à la commande d'écriture a la forme qui suit, si elle est acceptée. C'est un acquit court négatif dans le cas contraire (il peut également il y avoir des cas de non réponse, voir chapitre "Comportement face à une nouvelle commande").

2.2.1.2.1           Equipements supportant 1 seul circuit d'alerte

2.2.1.2.2           Equipements supportant plusieurs circuits d'alerte

AM, ACT, NEUT, REP, SEQ, PORT, PROT : voir leur description dans les paramètres de la requête.

Pour Mn=q/r/tq/tr:

au sein des messages "q" et "r", les caractères "_" de la requête doivent être remplacés par des espaces.

Le format des paramètres et des arguments est conforme aux formats de la commande.

Les paramètres PROT à Mn sont restitués dans l'ordre croissant des messages ("n" de la commande).

La réponse est un acquit court négatif lorsque la commande fait référence à un paramètre ou un argument hors des limites définies ci-dessus.

Lorsque les arguments de PROT spécifient un protocole basé sur IP, il n’y a pas de vitesse /v en argument de PORT.

2.2.1.3            Réponses à la commande ST AL TST

La réponse à la commande ST AL TST est, si la commande est acceptée, un acquit court positif, ou un acquit court négatif dans le cas contraire (il peut également il y avoir des cas de non réponse, voir chapitre "Comportement face à une nouvelle commande"). Puis après une temporisation de 3Ø secondes, l'équipement envoie sur le port désigné un message d'alerte de test comportant "TST cod" en lieu et place de l'élément "*" s'il existe. Les éléments de CFAL sont ignorés, tous les éléments de ST AL sont exécutés. cod est le géocode à 7 caractères de l'équipement tel qu'il est présent dans le status complet ST.

La commande est refusée lorsque le processus d'alerte précédent n'a pas terminé d'envoyer tous ses messages.

2.2.1.4            Réponses à la commande ST AL S

La réponse à ST AL S a la forme suivante:

R: ST_AL_AM=a.1_ACT=N_NEUT=400_REP=2_SEQ=B_PORT=3_PROT=0_M1=*//0/0

Ou, lorsque l'équipement supporte un seul circuit d'alerte:

R: ST_AL_ACT=N_NEUT=400_REP=2_SEQ=B_PORT=3_PROT=0_M1=*//0/0

Cette réponse correspond aux paramètres par défaut préétablis par le constructeur: processus d'alerte désactivé ;  adresse modulaire ce ce circuit ST AL = a.1, temps de neutralisation = 400 secondes ; 2 tentatives ; périodicités pour les alertes sur mesures = 6 minutes ; port d'émission de l'alerte = port 3 ; protocole utilisé pour l'envoi : mode terminal de la NF P 99-302 ; message M1 = message événementiel standard ; pas de réponse attendue ; temporisation d'émission = 0 ; temporisation d'attente réponse = 0.

2.2.1.5            Réponses à la commande ST AL Z

La réponse à ST AL Z est strictement identique à la réponse à ST AL S.

2.2.2        Commande de lecture ST AL

Syntaxe formelle     Q::=ST, AL

2.2.2.1            Réponse à la commande de lecture

La réponse à la commande de lecture a strictement la même forme que la réponse à une commande d'écriture ST AL {par=c}.

2.2.2.2            Fonctionnement de l'alarme

1)    Si aucun message réponse n'est attendu, alors chaque tentative est considérée comme ayant abouti (la remise à zéro du bit 4 du status temps réel est automatique après émission du dernier message q.

EXEMPLE:    ...M1=ATDTØ491917878//1Ø/5ØØ M2=ALERTE//1Ø/1Ø...

Cependant si le paramètre REP n'est pas mis à un (REP>1) il faut le considérer comme un forçage obligatoire des répétitions.

2)    Le caractère "*" utilisé en lieu et place d'un message "réponse" signifie ACQUIT court. Si PROT=N on considère que /*/ est équivalent à //, donc pas de réponse attendue.

EXEMPLE:    Q:     ..PROT2=1/M2B M2=ALERTE/*/1Ø/1Ø...

3)    Si le port d'alerte est connecté à un modem V23, deux possibilité sont offertes pour piloter correctement le processus :

¾       soit le modem est susceptible de se "retourner" et la commande de retournement est utilisée (commande AT..), pour autoriser une vitesse effective d'émission de 12ØØ bits/seconde,

¾       soit le modem ne peut fonctionner qu'en "mode appel"; il faut alors réduire la vitesse effective d'émission à 75 bits/seconde pour ne pas perdre de caractère. Une valeur optionnelle peut être ajoutée à la valeur du paramètre PORT afin d'indiquer la vitesse effective d'émission souhaitée; cette vitesse est limitée à l'émission des messages d'alerte et ne concerne donc pas tous les autres messages. Cette vitesse ne change en rien la vitesse de l'UART programmée dans le SETU.

       Par défaut, la vitesse effective d'émission des messages sera identique à celle de l'UART (commande SETU).

EXEMPLE:     

R: ST AL ACT=O NEUT=3ØØ REP=2 SEQ=B PORT=2/75 PROT=N M1=ATDP,91787878/CONN/1Ø/4ØØ PROT=2/M2B M2=ID MMV83.1 alerte TC E */*/1Ø/3Ø PROT=N M3=+++//1Ø/1Ø M4=ATHØ/OK/1Ø/1Ø!

4)    Quand le protocole NF P 99-302 est utilisé pour émettre un message, ce message est forcément un message de sélection (et non d'information au sens de la norme NF P 99-302).

5)    Quand aucun protocole n'est utilisé (PROT=N), les messages questions "q" doivent être terminé par le caractère retour chariot <0/13>.

6)    Quand une alerte est générée, le scénario des messages Mn doit se dérouler jusqu'au dernier message, même si les réponses attendues n'arrivent pas : au terme de chaque tr et chaque nouveau tq, le message suivant est généré jusqu'au dernier. L'absence d'une seule des réponses attendues constitue le non "aboutissement" de l'alerte.

7)    Bit 4 (B4) du status temps réel

       B4 est remis à zéro par:

¾       l'aboutissement positif du message d'alerte

¾       la lecture ou l'écriture par la commande ST

¾       les commandes d'écriture: INIT, ST AL et CFAL

       B4 n'est pas remis à zéro par:

¾        la lecture du Status temps réel

¾        la fin de la condition d'alerte

8)    Deux symbolismes particuliers sont utilisables dans le champ "r" du message "Mn" dans la commande ST AL:

       //   signifie: pas de réponse attendue ou réponse indifférente

       /*/  signifie: Acquit court positif au sens de NF P 99-302, c'est à dire "!",  "!Ø" ou [ACK]Ø selon le mode en vigueur.

9)    Alerte sur mesures séquencées (CFAL M)

       Après qu'une alerte ait été déclenchée à un "top" défini par le paramètre SEQ; au "top" suivant, si la condition d'alerte n'est plus satisfaite, le processus d'alerte est inhibé, que l'alerte précédente ait abouti ou non.

1Ø) Alerte sur événement système (CFAL Y)

       Après qu'une alerte ait été déclenchée par l'apparition d'un événement satisfaisant à la condition d'alerte; si la condition d'alerte n'est plus satisfaite, le processus d'alerte est inhibé, que l'alerte précédente ait abouti ou non.

11) Alerte sur mesures immédiates ou  individuelles (CFAL I)

       C'est toujours la dernière mesure, satisfaisant la condition d'alerte, qui doit faire l'objet des messages d'alerte.

2.2.3        Exemples ST AL

2.2.3.1            Exemples d'équipements simples

Q: ST AL         (lecture du ST AL)

R: ST AL ACT=O NEUT=3ØØ REP=2 SEQ=H PORT=1 PROT=N M1=ATEØDP16, 42554499/OK/1Ø/15 M2=/CONN//5ØØ PROT=1/BCD M3=ID MBF13.b SECRET TC E *//Ø5/9ØØ

la fonction d'Alerte est active, elle ne pourra pas être répétée une deuxième fois (en cas de non aboutissement de la première tentative) avant une temporisation de 9Ø secondes, la surveillance sur mesures séquencées se fait sur les séquences horaires à l'exclusion des séquences m ou B, le port à utiliser est le port n°1; aucun protocole n'est à utiliser; le message "ATEØDP16, 42554499" est à envoyer après une temporisation de 1 seconde (il s'agit ici d'un modem Hayes à qui l'on envoie la commande EØ puis la demande de numérotation en mode pulsé); dans la réponse reçue doit se trouver la chaîne de caractères "OK"; si aucune réponse n'est parvenue au bout de 1,5 seconde, la chaîne de caractères "CONN" est attendue pendant 5Ø secondes maximum; ensuite le mode de Base du protocole NF-P-99-302 doit être utilisé avec l'adresse BCD, et le dialogue se poursuit jusqu'à achèvement et libération.

Q: ST AL NEUT=4ØØ   (modification du paramètre NEUT)

R: ST AL ACT=O NEUT=4ØØ REP=2 SEQ=H PORT=1 PROT=N M1=ATEØDP16, 42554499/OK/1Ø/15 M2=/CONN//5ØØ PROT=1/BCD M3=ID MBF13.b SECRET TC E *//Ø5/9ØØ

Lorsqu'un message M comporte des espaces obligatoire, il faut les remplacer dans la commande par le caractère "_" (souligné). La réponse à la question ainsi que le message envoyé comporteront réellement les espaces. 

Q: ST AL M3=ID_Mbf13.b_SECRET_TC_E_*//Ø5/15    (modif du message M3)

R: ST AL ACT=O NEUT=4ØØ REP=2 SEQ=H PORT=1 PROT=N M1=ATEØDP16, 42554499/OK/1Ø/15 M2=/CONN//5ØØ PROT=1/BCD M3=ID Mbf13.b SECRET TC E *//Ø5/9ØØ

 

Considérons maintenant que l status ST contient:    ...STATUS ...COD=MBF13.b ...

Q: ST AL TST

R: !

 

Puis temporisation de 3Ø secondes, et émission sur le port désigné du message d'alerte de test comportant "TST frgdd.s" en lieu et place de l'élément "*". Les éléments de CFAL sont ignorés, tous les éléments de ST AL sont exécutés.

Avec l'exemple précédent actif: les messages M1 et M2 sont expédiés (port1) en suivant le scénario décrit; puis l'équipement bascule sur le protocole n°1 et envoie le message M3 suivant: "ID Mbf13.b SECRET TC E TST MBF13.b". Aucune réponse n'est attendue.

Configuration des paramètres standard d'alerte:

Q : ST AL Z

R : ST AL ACT=N NEUT=400 REP=2 SEQ=B PORT=3 PROT=0 M1=*//0/0

 

Configuration, en plusieurs commandes, des paramètres d'alerte

Q : ST AL ACT=O NEUT=300 REP=2 SEQ=B PORT=2/75

R : ST AL ACT=O NEUT=300 REP=2 SEQ=B PORT=2/75

ACTivation de la fonction, temps de NEUTralisation = 300 s, REPéter une fois les messages, si la 1er tentative n'aboutie pas, SEQencement des mesures pour CFAL M = 6 min, messages émis sur le PORT 2 à la vitesse de 75 bits/s.

Q : ST AL PROT1=N M1=ATDT0491787878/CONN/10/400

R : ST AL ACT=O NEUT=300 REP=2 SEQ=B PORT=2/75 PROT=N

M1=ATDT0491787878/CONN/10/400

sans PROTocole pour le 1er message; le 1er message est "ATDT0491787878"terminé par <CR>, il sera envoyé après avoir attendu 1 s; la chaîne de caractères "CONN"est attendue au sein de la réponse pendant 40 s.

Q : ST AL PROT2=2/M2B M2=ID_DURAND_SECRET_TC_E_*/*/10/30

R : ST AL ACT=O NEUT=300 REP=2 SEQ=B PORT=2/75 PROT=N

M1=ATDT0491787878/CONN/10/400 PROT=2/M2B M2=ID DURAND SECRET TC E */*/10/30

mode test du PROTocole NFP 99-302 pour le 2ème message, l'adresse M2B sera utilisée; le 2ème message est "ID DURAND SECRET TC E " suivi du message événementiel standard, il sera émis 1 s après la réception de la réponse au 1er message; un acquit court est attendu en réponse pendant 3 secondes.

Q : ST AL PROT3=N M3=+++//10/10 M4=ATH0/OK/10/100

R : ST AL ACT=O NEUT=300 REP=2 SEQ=B PORT=2/75 PROT=N

M1=ATDT0491787878/CONN/10/400 PROT=2/M2BM2=ID DURAND SECRET TC E */*/10/30 PROT=N M3=+++//10/10 M4=ATH0/OK/10/100

sans PROTocole pour le 3ème message; le 3ème message est "+++"terminé par <CR>, il sera envoyé après avoir attendu 1 s; aucune réponse n'est attendue durant 1 s; le 4ème message "ATH0" sera envoyé sans protocole aussi, après avoir attendu 1s; "OK" est attendu dans une chaîne de caractères en réponse pendant 10 s. Au terme de ces 10 s, une 2ème tentative peut être lancée si une des réponses n'est pas parvenue.

2.2.3.2            Exemples d'équipements supportant des alertes multiples:

Pour une liaison appelant son PC de surveillance par Téléphone RTC (Réseau Téléphonique Commuté) et modem:

Configuration des paramètres standard d'un envoi d'alertes:

Q : ST AL Z

R : ST AL AM=a.1 ACT=N NEUT=4ØØ REP=2 PORT=3 PROT=3 M1=*//Ø/Ø

 

Configuration, en plusieurs commandes, des paramètres d'un envoi d'alertes:

Q : ST AL AM=a.1 ACT=O NEUT=3ØØ REP=2 PORT=1/75 PROT1=N

R : ST AL AM=a.1 ACT=O NEUT=3ØØ REP=2 PORT=1/75 PROT=N M1=*//Ø/Ø

Pour cet envoi de rang 1, ACTivation de la fonction, temps de NEUTralisation = 3ØØ s, REPéter une fois les messages, si la 1er tentative n'aboutie pas, messages émis sur le PORT 1 à la Vitesse de 75 bits/s sans PROTocole.

Q : ST AL PROT1=N M1=ATDTØ491787878/CONN/1Ø/4ØØ

R : ST AL AM=a.1 ACT=O NEUT=3ØØ REP=2 PORT=1/75 PROT=N

 M1=ATDTØ491787878/CONN/1Ø/4ØØ

sans PROTocole pour le 1er message; le 1er message est "ATDTØ491787878"terminé par <CR>, il sera envoyé après avoir attendu 1 s;  la chaîne de caractères "CONN" est attendue au sein de la réponse pendant 4Ø s.

Q : ST AL PROT2=2/M2B M2=ID_DURAND_SECRET_TC_E_*/*/1Ø/3Ø

R : ST AL AM=a.1 ACT=O NEUT=3ØØ REP=2 PORT=1/75 PROT=N

 M1=ATDTØ491787878/CONN/1Ø/4ØØ PROT=2/M2B M2=ID DURAND SECRET TC E */*/1Ø/3Ø

pour le 2ème message,  mode test du PROTocole NFP 99-302, l'adresse M2B sera utilisée; le 2ème  message est "ID DURAND SECRET TC E " suivi du message événementiel standard, il sera émis 1 s après la réception de la réponse au 1er message; un acquit court est attendu en réponse pendant 3 secondes.

Q : ST AL AM=a.1 PROT3=N M3=+++//1Ø/1Ø M4=ATHØ/OK/1Ø/1ØØ

R : ST AL AM=a.1 ACT=O NEUT=3ØØ REP=2 PORT=1/75 PROT=N

M1=ATDTØ491787878/CONN/1Ø/4ØØ PROT=2/M2BM2=ID DURAND SECRET TC E */*/1Ø/3Ø PROT=N M3=+++//1Ø/1Ø M4=ATHØ/OK/1Ø/1ØØ

sans PROTocole pour le 3ème message; le 3ème message est "+++"terminé par <CR>, il sera envoyé après avoir attendu 1 s; aucune réponse n'est attendue durant 1 s; le 4ème message "ATHØ" sera envoyé sans protocole également, après avoir attendu 1s; "OK" est attendu dans une chaîne de caractères en réponse pendant 1Ø s. Au terme de ces 1Ø s, une 2ème tentative peut être lancée si une des réponses n'est pas parvenue.

Ajout d'un autre mécanisme d'envoi d'alertes:

Contexte:

Q : SETU

R : SETU 1 PROT=T XMT=CØ BD=1152ØØ PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=Ø<LF><CR>

   SETU 2 PROT=T XMT=LØ BD=96ØØ PA=P ST=1 LG=7 PR=O TAL=Ø<LF><CR>

   SETU 3 PROT=L XMT=XØ TAL=Ø

ici le port de communication n°3 est configuré pour accepter des transactions cryptées en SSL (PROT=L) sur une interface physique ethernet (XMT=X)

 

Q : ST AL AM=a.9 ACT=O NEUT=1ØØ REP=1 PORT=3 PROT1=3/192.168.0.2:6200

   M1=ID EPM MoTpAs TC E */*/1Ø/3Ø

R : ST AL AM=a.1 ACT=O NEUT=3ØØ REP=2 PORT=1/75 PROT=N

M1=ATDTØ491787878/CONN/1Ø/4ØØ PROT=2/M2B M2=ID DURAND SECRET TC E */*/1Ø/3Ø PROT=N M3=+++//1Ø/1Ø M4=ATHØ/OK/1Ø/1ØØ

   ST AL AM=a.9 ACT=O NEUT=1ØØ REP=1 PORT=3 PROT=3/192.168.0.2:6200    M1=ID IDEPM MoTpAs TC E */*/1Ø/3Ø

Un deuxième mécanisme d'alerte est mis en place qui utilisera le port 3. Il sera déclenché lorsqu'une des  conditions CF d'adresse a.h,  passera à l'état  VRAI.  Pour ce deuxième mécanisme,  la fonction d'envoi est ACTivée, le temps de NEUTralisation = 1ØØ s, ne pas REPéter  les messages si la 1er tentative n'aboutit pas; le message d'alerte E standard sera émis sur le PORT n°3, le premier message sera envoyé en protocole de couche basse 3=TCP/IP vers un socket et vers un destinataire dont l'adresse réseau est 192.168.0.2:6200. La sécurisation  des messages est assurée par le protocole SSL préconfiguré sur le port 3 par SETU.


 

2.3                                      CFAL - Configuration des conditions d'alerte

2.3.1        Généralités CFAL

Cette commande permet de configurer des algorithmes construits avec des combinaisons de mesures instantanées, individuelles ou statistiques élaborées par l'équipement, ou construits à partir d'états constatés ou surveillés par l'équipement. L'équipement surveille en permanence le résultat booléen des algorithmes et lorsque l'un des résultats devient VRAI, un (ou plusieurs) circuit d'alerte (configuré par ailleurs avec ST AL) est activé qui permet d'informer un éventuel destinataire de la survenance de cet événement.

On peut ainsi par exemple, et selon la famille d'équipement concernée, détecter un véhicule en condition d'infraction, ou détecter une situation de trafic saturé, puis son retour à la normale, ou une situation de risque météorologique, ou surveiller tout dysfonctionnement de l'équipement, et ainsi prévenir si nécessaire en temps réel un centre de régulation, ou d'information, ou un centre de surveillance et de maintenance, selon les modalités désignés par les ST AL.

* Selon les équipements, cette commande n'est accessible en écriture qu'à un utilisateur autorisé (cf. la commande ID, les normes d'application et les CCTP particuliers)

exemple:

Q : CFAL Y AM=1

R : CFAL Y AM=1 DST=3 ERI=> EDF=1

(à chaque variation de l'indicateur d'erreur ERI (voir dans ST), ou à chaque fois que le secteur EDF est coupé, effectuer les opérations d'expédition d'alerte décrites par ailleurs dans le processus destinataire ST_AL d'adresse 3)

2.3.2        Commande d'écriture CFAL

Syntaxe formelle :       Q::=CFAL { n [ , AM=am [, DST=d[/d]…] , exb} | { m}

2.3.2.1            Fonctionnement

Lorsqu'une condition exprimée par l'expression booléenne "exb" d'un CFAL devient "VRAIE", les actions correspondantes exprimées par les destinataires ST AL d'indice "d" correspondants sont déclenchées.

Paramètres ou macro m

Fonction

Valeur des arguments

n

natures de l'alerte

n::= 1 caractère alphabétique: I, M, Y, A ou Z

(sur mesures Individuelles ey Immédiates, mesures séquencées et statistiques, valeurs sYstème, Algorithmie, ou remise à Zéro)

am

adresse du module CFAL

am::=[x.]y

adresse du module interne affecté à l' expression booléenne "exb" de condition.

x::= 1 caractère du jeu J7

. ::= le caractère <2/14>

y::= 1 caractère du jeu J7

par défaut: y="1" et x="a", soit AM=a.1

d

destinataire

d::= 1 caractère du jeu J7

exb

déclenchement

expression booléenne de valeur VRAI ou FAUX (cf. le § détaillé suivant)

m

Macro

m::= 1 caractère {Z|S}

 

Les macros S ou Z sont exclusives des autres paramètres, et permettent de supprimer toutes les configurations d'alerte (S et Z ont le même effet).

Le caractère "Z"  utilisé seul après une adresse modulaire (AM=…) permet de supprimer cette seule condition d'alerte.

Le caractère "Z" (val) utilisé seul après une nature d'alerte (n) permet de supprimer toutes les conditions d'alerte relatives à cette nature.

Le nombre de destinataires d possibles en ST AL est fixé par les normes d'application. Lorsque le destinataire d est codé "A", le CFAL concerne l'émission d'une "trame AI" si celle-ci a été requise préalablement par une commande AI SA, et non une action décrite par un des ST AL.

2.3.2.2            Requête: détail de l'expression booléenne

L'expression booléenne "exb" est composée de 1 ou plusieurs éléments booléens "elb" liés par l'un des 2 opérateurs booléens "opb" qui peut être ET et OU. L'opérateur ET est prioritaire sur l'opérateur OU.

Rappels: Si l'on note conventionnellement "1" pour VRAI et "Ø" pour FAUX, les opérations ET et OU sur une paire d'opérandes se résolvent ainsi:

   Ø ET Ø = Ø       Ø OU Ø = Ø

   Ø ET 1 = Ø       Ø OU 1 = 1

   1 ET Ø = Ø       1 OU Ø = 1

   1 ET 1 = 1       1 OU 1 = 1

 

L'expression booléenne complète se résoud en VRAI ou FAUX par résolution successive, d'abord des paires ET, ensuites des paires OU, de la gauche vers la droite.

2.3.2.2.1           Syntaxes formelles:

exb::=elb[opb elb]…   (expression booléenne: VRAI ou FAUX)

opb::= {_&_|_}                    (opérateur booléen: ET ou OU - OU par défaut)

elb::={c=val}|{c=>}              (élément booléen: VRAI ou FAUX)

 
2.3.2.2.2           Requête: liste des opérateurs et éléments booléens

opb

opérateurs booléens

1 caractère "&" (jeu JØ) pour ET logique

valeur par défaut : caractère "espace" pour OU logique

c

Localisant complet désignant le critère

Si n=Y , c::= par,   avec :

par::= 3 caractères alphanumériques, pris parmi les étiquettes possibles des paramètres de la commande ST

 

 

Si n=I , c::= yu, avec :

 

 

y::= 1 caractère alphanumérique du jeu J7, pris parmi les  localisants "y" définis par CFC, ou le caractère "*"

 

 

u::= caractères pris parmi les codes  des annexes C.6.2 et C.6.3, et correspondant à une nature de mesure  gérée par l'équipement via CFC

 

 

Si n=M , c::= yup

 

 

Si n=A , c::= {par | yup}  (le critère peut être quelconque)

 

 

p::= Code de périodicité de l'annexe C.6.4

=

opérateurs relationnels

1 à 2 caractères du jeu J5 pris parmi :

"=", ">", "<", "=>"

et ">>", "<<"

val

valeurs des seuils

val::= 1 à n caractères numériques en fonction de la valeur potentielle du critère

 

 

ou 1 caractère "Z"

 

2.3.2.3            Requête: détail des paramètres

Lorsque n=I, tous les éléments booléens constituant "exb" sont relatifs à des mesures immédiates attachèes à un élément de sous-adresse x.y défini par CFC – pour le trafic routier à des mesures individuelles sur couloir telles que définies par CFC; le localisant est le code yu de la mesure u (sur plusieurs car.) du couloir y. L'expression est évaluée immédiatement après que chaque mesure individuelle ait été générée ou reçue.

Lorsque n=M tous les éléments booléens constituant "exb" sont relatifs à des mesures rattachées à un séquencement  des mesures statistiques sur canal telles que définies par CFV; le localisant est le géo-code yu de la mesure u  par voie y. Dans ce cas, le séquencement p (V,B,H, etc.) sur lequel porte la condition déclenchante est celui spécifié par le paramètre SEQ=p dans la commande ST AL correspondante .

Lorsque n=Y tous les éléments booléens constituant "exb" sont relatifs à des fonctions de surveillance de l'équipement et ses accessoires. La liste des éléments soumis à surveillance est définie par la commande ST, qui est particulière à chaque équipement. Le localisant est un des paramètres par du status.

Lorsque n=A les éléments booléens constituant "exb" peuvent être quelconques: mesures immédiates ou individuelles, mesures séquencées, surveillance système.

2.3.2.4            Requête: syntaxes détaillées - règles

Le nombre de conditions d'action possibles pour une même nature (I, M, Y, A) est une caractéristique de performance de l'équipement indiquée dans la norme d'application pour l'équipement ou la notice du constructeur.

2.3.2.4.1           Opérandes localisant

La requête peut utiliser le caractère joker "*" pour remplacer un caractère significatif du code c d'une nature d'alerte I ou M; l'équipement remplace alors le "*" par chacun des caractères valides connus de lui et génère la condition correspondante à tous ces codes,  liés par des opérateurs "OU".

EXEMPLES pour des mesures de trafic routier:

       le code x*u  désigne la mesure u  sur chacune des voies du flux x.

       code *u désigne la mesure u  sur chacune des voies y connues de l'équipement.

       le code y*m  désigne  toutes les mesures sur la voie y , de famille m  et connues de l'équipement.

       le code y*mp  désigne  toutes les mesures sur la voie y , de famille m, de séquencement p  et connues de l'équipement.

       le code yn* désigne  toutes les mesures sur la voie y , de famille n et connues par l'équipement.

La requête peut aussi utiliser le caractère joker "*" pour désigner l'ensemble des localisants c d'une nature d'alerte Y; l'équipement remplace alors le "*" par chacun des par du Status connus de lui et susceptibles de générer une alerte,  liés par des opérateurs "OU".

2.3.2.4.2           Opérateurs relationnels

Les opérateurs relationnels applicables aux différents paramètres ont la signification suivante :

=>          toute modification d'état ou de valeur: aucune valeur ne doit suivre cet opérateur.

<<val     passage du seuil "val" par valeur inférieure.

>>val     passage du seuil "val" par valeur supérieure.

=val        égalité arithmétique stricte avec la valeur  "val".

>val        supériorité arithmétique stricte à la valeur "val".

<val        infériorité arithmétique stricte à la valeur "val".

Dans l'expression c=>, le "=>" est un opérateur unaire portant sur un seul opérande: la valeur vraie de la grandeur affectée au localisant c . L'expression c=> devient VRAI pour tout changement de cette valeur.

Le paramètre "opb" permet d'affecter un opérateur logique ET ou OU entre deux conditions :

si "opb" est égal à "&", l'opérateur vaut ET,

si " opb " n'est pas représenté, l'opérateur vaut OU.

L'association des conditions d'alerte représente une équation logique. L'équation peut supporter un minimum de 8 termes, et un maximum qui est précisé dans la notice du constructeur.

Un passage par la valeur Ø, après la valeur maximale des paramètres GAR, INI et RST est considéré comme une incrémentation.

2.3.2.5            Fonctionnement de la commande d'écriture

La configuration d'une alerte , repérée par son AM, peut être effectuée en une seule commande ou en plusieurs; leur action est cumulative, tant que la nouvelle configuration n'est pas incompatible avec la précédente; dans ce cas, la dernière configuration remplace la ou les précédentes.

2.3.2.6            Fonction influant sur la commande

Des modifications de CFC peuvent détruire partiellement ou totalement les configurations d'alerte préalablement établies par CFAL.

2.3.3        Réponse à la commande d'écriture CFAL

La réponse normale à la commande d'écriture a la forme qui suit, si elle est acceptée. C'est un acquit court négatif dans le cas contraire.

2.3.3.1            Réponses: syntaxe formelle

R::=ligne[<LF><CR>ligne]…

ligne::=CFAL_f_AM=am_DST=d_{elb}…

f::= {I|Y|M|A}                       (famille de conditions)

am      sous-adresse du module CFAL (1 ou 3 car)

d         numéro du module STAL à utiliser

elb::={c=val}|{c=>}              (elément booléen VRAI ou FAUX)

c         localisant:

           pour f=I ou A:         code partiel yuI (3 car) de mesure individuelle

           c::=yul

           pour f=Y ou A: étiquette d'un paramètre du Status ST (3 car)

=         opérateur arithmétique relationnel:       =, >, <, <<, >>,

val       valeur de référence de la grandeur

=>       opérateur unaire pour le localisant "c"

 

Le format des paramètres et des arguments est conforme aux formats de la commande.

Les conditions d'alerte se suivent dans l'ordre de leur écriture pour toutes les natures d'alerte, et par ordre alphabétique lorsque la requête a utilisé un joker "*"

La réponse est un acquit court négatif dans les cas suivants :

la commande fait référence à un paramètre ou un argument hors des limites définies ci-dessus,

la commande ajoute une condition, créant un terme supplémentaire, au delà du nombre maximum toléré.

2.3.3.2            Réponses à la commande CFAL Z

La réponse à la commande CFAL Z à la forme suivante :

 

CFAL_I<LF><CR> CFAL_M<LF><CR> CFAL_Y<LF><CR> CFAL_A

 

2.3.3.3            Réponses à la commande CFAL S

 La réponse à CFAL S est strictement identique à la réponse à CFAL Z.

2.3.4        Commande de lecture CFAL

Syntaxe formelle Q::=CFAL [,n]

 

Fonction

Syntaxe

Lecture de toutes les configurations d'alerte

CFAL

Lecture des configurations d'alerte de nature "n"

CFAL, n

Lecture d'une des configuration d'alerte

CFAL, AM=a.y

CFAL, AM=y

 

2.3.5        Réponse à la commande de lecture CFAL

2.3.5.1            Equipements supportant 1 seul circuit d'alerte

2.3.5.2            Equipements supportant plusieurs circuits d'alerte

Les lignes sont produites dans l'ordre alphabétique des adresses, suivies éventuellement des conditions vides dans l'ordre I,M,Y,A.

2.3.6        Exemples CFAL

Les exemples fournis ci-dessous correspondent à une exécution séquentielle tenant compte des configurations précédentes.

2.3.6.1            Exemples pour alertes multi-circuits

Mise en configuration initiale:

Q : CFAL Z

R : CFAL I

CFAL M

CFAL Y

CFAL A

 

Ajout d'une configuration d'alerte sur la surveillance système:

Q : CFAL Y AM=1 RST=>

R : CFAL Y AM=a.1 DST=1 RST=>

L'adresse modulaire par défaut est "a.1". Le circuit STAL destinataire par défaut est "1"

Ajout d'une condition d'alerte système:

Q : CFAL Y EDF=1

R : CFAL Y AM=a.1 DST=1 RST=> EDF=1

La condition s'ajoute au module par défaut a.1

Ajout d'une autre configuration d'alerte système:

Q : CFAL Y AM=a.9 DST=3 ERI=>

R : CFAL Y AM=a.9 DST=3 ERI=>

 

Relecture:

Q : CFAL

R : CFAL Y AM=a.1 DST=1 RST=> EDF=1

   CFAL Y AM=a.9 DST=3 ERI=>

CFAL I

CFAL M

   CFAL A

 

Ajout d'une autre configuration d'alertes sur Vitesses instantanées:

Q : CFAL I AM=4 DST=1 ØVI>14Ø 4VI>14Ø

R : CFAL I AM=a.4 DST=1 ØVI>14Ø 4VI>14Ø

 

Ajout d'une autre configuration d'alertes mixtes:

Q : CFAL A AM=6 DST=1 4PE>14Ø GAT=1

R : CFAL A AM=a.6 DST=1 4PE>14Ø GAT=1

 

Ajout d'une autre configuration globale de préselection de surcharges:

Q : CFAL I AM=5 DST=1 *PI>37Ø *EI>35

R : CFAL I AM=a.5 DST=1 ØPI>37Ø ØEI>35 4PI>37Ø 4EI>35

Le joker "*" génère les adresses des couloirs correspondants à la configuration CFC..

Modification d'une configuration:

Q : CFAL I AM=5 DST=1/3

R : CFAL I AM=a.5 DST=1/3 ØPI>37Ø ØEI>35 4PI>37Ø 4EI>35

L'algorithme a.5 devra générer simultanément une alerte via 2 circuits destinataires  "ST AL" différents.

Relecture:

Q : CFAL I AM=5 DST=1/3

R : CFAL Y AM=a.1 DST=1 RST=> EDF=1

   CFAL I AM=a.4 DST=1 ØVI>14Ø 4VI>14Ø

   CFAL I AM=a.5 DST=1/3 ØPI>37Ø ØEI>35 4PI>37Ø 4EI>35

   CFAL A AM=a.6 DST=1 4PE>14Ø GAT=1

   CFAL Y AM=a.9 DST=3 ERI=>

CFAL M

 

2.3.6.2            Exemples pour alertes mono-circuit

¾       Détection automatique d'incidents:

Q1: CFAL M        (Contexte: dans ST AL on a le paramètre SEQ=B)

R1: CFAL M ØQT>2ØØ ØTT>3Ø ØVT<4Ø

La condition d'alerte est programmée pour déclencher l'alerte sur des mesures moyennes 6min: si le débit sur la voie Ø est plus grand que 2ØØ veh/6 minutes, OU que le taux d'occupation sur la voie Ø est plus grand que 3Ø%, OU que la vitesse sur la voie Ø est inférieure à 4Ø km/h.

Q2: CFAL M ØTT>35 & ØVT<6Ø 

R2: CFAL M ØQT>2ØØ ØTT>35 & ØVT<6Ø

La condition d'alerte est modifiée pour déclencher l'alerte, soit si le débit de la voie Ø est plus grand que 2ØØ veh/6 minutes, soit si le taux d'occupation de la voie Ø est plus grand que 35% et la vitesse sur la voie Ø est inférieure à 6Ø km/h.

¾       Détection de Poids lourds en surcharge:

Si l'opérateur a comme configuration de l'équipement sur le PORT 2:

contexte: R: SETU  ...XMT3=R5Ø...

          R: ST AL  ...PORT=3...

Q: AI SA 36ØØ   

Q: CFAL I *PI>37Ø *EI>35  

R: CFAL I ØPI>37Ø ØEI>35 4PI>37Ø 4EI>35

Un message d'alerte sera généré par radio sur le port 3 de la équipement pour tout PL ayant une charge à l'essieu supérieure à 3,5 tonnes ou un Poids total en charge supérieur à 37 tonnes. En outre, pour chaque PL ainsi détecté, une trace pourra être écrite sur l'imprimante branchée sur le PORT 2 (ou sur l'enregistreur) et fournissant les paramètres du véhicule (Cf. Commande AI SA). par ex:

4 11:Ø3:33:12 V=Ø148 I=Ø16Ø L=Ø183 T=Ø18Ø D=ØØ75 K=ØØØ7 P=Ø42Ø N=ØØØ3 E=ØØ15 E=ØØ25 E=ØØ45

Cette ligne se lit: le véhicule est passé sur le capteur N° 4 (sens 1 de la RN à 2 voies) à 11 heures 3 min 33 s 12 centièmes, à la vitesse de 148 km/h. Il mesure 18,3 mètres et suit un autre véhicule à une distance de 7,5 mètres. Ce PL est de la catégorie 7, son poids total roulant est de 42 tonnes, un des 3 essieux est en surcharge et pèse 4,5 tonnes.

¾       Prévention des accidents sur autoroute: "Gardez vos distances":

R: SETU  ...XMT3=L...

R: CFAL I ØDI<1ØØ 2DI<1ØØ 4DI<1ØØ 6DI<1ØØ

Le PORT 3 est configuré en local. Un fil de la jonction V24 est actif chaque fois qu'un véhicule est détecté ayant une distance insuffisante avec le véhicule précédant. Ce signal peut être utilisé pour relayer l'allumage d'un Panneau clignotant de prévention.

¾       Détection des excès de vitesse:

R: SETU  ...XMT3=L...

Q: CFAL I *VI>14Ø  

R: CFAL I ØVI>14Ø 2VI>14Ø 4VI>14Ø 6VI>14Ø

Avec la même disposition que précédemment, le signal est utilisé pour déclencher un prise de vue horodatée du véhicule. Par ailleurs une main courante avec tous les paramètres des véhicules en excès de vitesse est enregistrée (commande AI SA).

 Enfin, si 2 classes de vitesses ont été programmées avec un seuil de 14Ø km/h (commande CFS), une lecture des débits classifiés (BH ou BJ) permet de connaître à tout moment la proportion des véhicules en infraction sur le site.

 

 

 

¾       Télésurveillance du fonctionnement de l'équipement:

Q: CFAL Y  EDF=1

L'alerte est déclenchée dès que le secteur disparaît (mais ne l'est pas lorsque le secteur réapparaît).

Q: CFAL Y  EDF=>

L'alerte est déclenchée dès que l'indicateur EDF change de position

Q: CFAL Y  GAR=>

L'alerte est déclenchée dès que le chien de garde a été actionné , à chaque incrémentation du compteur.

Q: CFAL Y  GAR=145 

L'alerte est déclenchée dès que le compteur de chien de garde a  atteint la valeur 145. (mais ne l'est pas au passage à 146)

¾       Recueil de mesures de trafic sur UMT 2:

La configuration des entrées physiques étant:

CFC 0=QT/TT 1=QT/TT 2=QT/TT/VT 3=QT/TT/VT 4=QT/TT/VT 5=QT/TT/VT 7=QT/TT

La configuration des canaux étant:

CFV 0=0/1/7 1=2/4 2=3/5

Le séquencement pour les alertes sur mesures agrégées étant "B":

ST AL ... SEQ=B ...

 

Lecture des configurations d'alerte:

Q : CFAL

R : CFAL I

CFAL M

CFAL Y

 

Configuration d'une alerte sur mesures individuelles:

Q : CFAL I 7TP>2000 2VI<50 4VI<30

R : CFAL I 7TP>2000 2VI<50 4VI<30

 

Ajout d'une configuration d'alerte sur mesures agrégées:

Q : CFAL M 0TT>30 & 0QT>300

R : CFAL M 0TT>30 & 0QT>300

 

Ajout d'une configuration d'alerte sur la surveillance système:

Q : CFAL Y RST=> GAR=> INI=> EDF=1

R : CFAL Y RST=> GAR=> INI=> EDF=1

 

Modification des configurations d'alerte sur les mesures agrégées:

Q : CFAL M *TT>40

R : CFAL M 0TT>40 1TT>40 2TT>40

 

Lecture de toutes les conditions d'alerte:

Q : CFAL

R : CFAL I 7TP>2000 2VI<50 4VI<30

CFAL M 0TT>40 1TT>40 2TT>40

CFAL Y RST=> GAR=> INI=> EDF=1

 

Suppression de toutes   les conditions d'alerte:

Q : CFAL Z

R : CFAL I

CFAL M

CFAL Y

 

¾       Recueil de mesures de trafic sur UMT 3:

La configuration des entrées physiques étant:

R: CFC 0=QT/TT 1=QT/TT 2=QT/TT/VT 3=QT/TT/VT 4=QT/TT 5=QT/TT 8=QT/TT/VT/KC/PC/EC 9= QT/TT/VT/KC/PC/EC C=QT/TT/VT D=QT/TT/VT

La configuration des canaux étant:

R: CFV 0=0/1/4/5 1=2/3/C/D 2=8/9

Le séquencement pour les alertes sur mesures agrégées étant "B":

R: ST AL ... SEQ=B ...

 

Lecture des configurations d'alerte:

Q : CFAL

R : CFAL I

CFAL M

CFAL Y

 

Configuration d'une alerte sur mesures individuelles:

Q : CFAL I *TI>30 *VI<50

R : CFAL I 2TI>30 3TI>30 8TI>30 9TI>30 CTI>30 DTI>30 2VI<50 3VI<50 8VI<50

9VI<50 CVI<50 DVI<50

 

Ajout d'une configuration d'alerte sur mesures agrégées:

Q : CFAL M 0TT>30 & 0QT>300

R : CFAL M 0TT>30 & 0QT>300

 

Ajout d'une configuration d'alerte sur la surveillance système:

Q : CFAL Y RST=> CKS=> EDF=1

R : CFAL Y RST=> CKS=> EDF=1

 

Modification des configurations d'alerte sur les mesures agrégées:

Q : CFAL M *TT>40

R : CFAL M 0TT>40 1TT>40 2TT>40

 

Lecture de toutes les conditions d'alerte:

Q : CFAL

R : CFAL I 2TI>30 3TI>30 8TI>30 9TI>30 CTI>30 DTI>30 2VI<50 3VI<50 8VI<50

9VI<50 CVI<50 DVI<50

CFAL M 0TT>40 1TT>40 2TT>40

CFAL Y RST=> CKS=> EDF=1

 

Suppression d'une condition d'alerte:

Q : CFAL I DVI=Z

R : CFAL I 2TI>30 3TI>30 8TI>30 9TI>30 CTI>30 DTI>30 2VI<50 3VI<50 8VI<50

9VI<50 CVI<50

 

Suppression de toutes les conditions sur une nature d'alerte:

Q : CFAL Y Z

R : CFAL Y

 

Lecture de toutes les conditions d'alerte:

Q : CFAL

R : CFAL I 2TI>30 3TI>30 8TI>30 9TI>30 CTI>30 DTI>30 2VI<50 3VI<50 8VI<50

9VI<50 CVI<50

CFAL M 0TT>40 1TT>40 2TT>40

CFAL Y

 

Modification des configurations d'alerte sur les mesures agrégées:

Q : CFAL M *TT>>40 *TT<<35

R : CFAL M 0TT>>40 1TT>>40 2TT>>40 0TT<<35 1TT<<35 2TT<<35

Création de conditions d'alerte sur les seuls franchissements de seuils

 

Suppression de toutes   les conditions d'alerte:

Q : CFAL Z

R : CFAL I

CFAL M

CFAL Y

 

¾       Recueil de mesures météorologiques sur une UMT/DMR:

Les exemples fournis ci-dessous correspondent à une exécution séquentielle tenant compte des configurations précédentes.

La configuration des entrées physiques étant :

R: CFC z.1=mtAR/msAR/mtGR z.2=mtAR

Le séquencement pour les alertes sur mesures étant "B" :

R: ST AL ... SEQ=B

L'équipement ne gère que les types de conditions M et Y.

 

Lecture des configurations d'alerte:

Q : CFAL

R : CFAL M

CFAL Y

 

Ajout d'une configuration d'alerte sur mesures séquencées:

Q : CFAL M z1mtAR<'010 & z1msAR>050

si la température de l'air routier est inférieure à -1 degré C° et que la vitesse du vent routier est supérieure à 50 km/h

R : CFAL M z1mtAR<'010 & z1msAR>050

Ajout d'une configuration d'alerte sur la surveillance système:

Q : CFAL Y RST=> CKS=> EDF=1

R : CFAL Y RST=> CKS=> EDF=1

 

Modification des configurations d'alerte sur les mesures séquencées:

Q : CFAL M z*mtAR<'015

changement du seuil de température à surveiller et ajout des autres capteurs de température à l'algorithme de déclenchement.

R : CFAL M z1mtAR<'015 & z*mtAR<'015 & msAR>050

 

Lecture de toutes les conditions d'alerte:

Q : CFAL

R : CFAL M z1mtAR<'015 & z2mtAR<'015 & z3mtAR<'015 & z1msAR>050

CFAL Y RST=> CKS=> EDF=1

 

Suppression de toutes les conditions sur une nature d'alerte

Q : CFAL Y Z

R : CFAL Y

 

Lecture de toutes les conditions d'alerte:

Q : CFAL

R : CFAL M z1mtAR<'015 & z*mtAR<'015 & msAR>050

CFAL Y

 

Suppression de toutes   les conditions d'alerte:

Q : CFAL Z

R : CFAL M

CFAL Y

 

 

 

 

============